Vous êtes ici:
  1. Accueil
  2. Activités
  3. Documents pour l’Histoire de l’Europe
  4. Le Codex Calixtinus (1173)

Le Codex Calixtinus (1173)

Notaciones musicales en el códice (ACA,COLECCIONES,Manuscritos,Ripoll,99,f. 32r)

Le Codex Calixtinus

Le Liber Sancti Jacobi est le nom donné à une compilation en cinq livres de textes de nature diverse (hagiographique, liturgique, homilétique, musicale, etc.) relatifs à l’apôtre saint Jacques et au pèlerinage de Compostelle. Bien que la date et le lieu exacts de sa formation aient été et soient encore débattus, il semble avoir été écrit en France vers 1140. Cette compilation est également connue sous le nom de Codex Calixtinus, car elle est attribuée au pape Calixte II, bien que ce nom soit généralement réservé au manuscrit de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle (d’où son nom de Compostelanus). Il est généralement considéré comme le plus ancien et le plus complet de la douzaine de manuscrits de cette compilation qui subsistent.

Símbolos del peregrino en el Dietario del General de Cataluña de 1452 (ACA,GENERALITAT,Serie general (N),6,f. 74r)

Le Calixtinus des ACA

Parmi les autres manuscrits connus du Liber Sancti Jacobi, le plus important est celui de la bibliothèque du monastère de Ripoll portant le numéro 99, conservé aux Archives de la Couronne d’Aragon. Il a toujours été très apprécié pour son ancienneté, puisqu’il est expressément daté de 1173, et pour son origine : il s’agit, comme l’explique une lettre à la fin du manuscrit, d’une copie des « cinq livres contenant des miracles de l’apôtre » (V libros continens de miraculis apostoli) conservés dans la cathédrale de Saint-Jacques, réalisée par un moine du monastère de Santa Maria de Ripoll du nom d’Arnaldo de Monte lors de son pèlerinage à Compostelle. Par manque de temps, explique-t-il, il a copié les deuxième, troisième (sauf la fin) et quatrième livres dans leur intégralité et seulement des extraits des premier et cinquième livres.

Cuadro "El apóstol Santiago" (1655, Murillo, Museo del Prado)

Depuis un siècle, les chercheurs se demandent si le codex copié par Arnaldo de Monte à Compostelle est le Codex Calixtinus ou Compostelanus existant, ou s’il s’agissait d’un manuscrit antérieur, aujourd’hui perdu, dont le codex de Ripoll et le codex de Saint-Jacques-de-Compostelle seraient des copies. Dans l’une des contributions les plus récentes à ce débat, Verena Förster Binz, sur la base d’une étude comparative détaillée des passages musicaux du manuscrit de Compostelle et du manuscrit de Ripoll, conclut que le second n’est pas une copie du premier, et qu’ils ne sont pas non plus tous deux des copies du même codex antérieur, aujourd’hui perdu, mais qu’ils proviennent de deux traditions textuelles différentes et que, par conséquent, « le Codex Calixtinus ne doit pas nécessairement être considéré comme antérieur au Ripoll 99, comme cela avait été envisagé jusqu’à présent ».

Ces conclusions renforcent encore l’importance de ce manuscrit de la collection Ripoll des Archives de la Couronne d’Aragon (ACA) dans la transmission du Liber Sancti Jacobi.

Línea horizontal

La copie de des ACA, ainsi que les autres manuscrits ibériques du Liber Sancti Jacobi, ont été inscrits par l’UNESCO à son registre Mémoire du monde en 2018. Plus d’informations

ACA,COLECCIONES,Manuscritos,Ripoll,99

Lien vers PARES

BibliographiePDF

Línea horizontal

Subir